Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
Aurélie Filippetti dans une école de Toulouse pour l'opération "un établissement, une oeuvre"
Didier Plowy / MCC

vendredi 27 septembre 2013

Les écoliers à la découverte de l’art contemporain

Aurélie Filippetti et Vincent Peillon ont lancé le 27 septembre à Toulouse l'opération « un établissement, une œuvre », conçue pour sensibiliser les écoliers et les collégiens à l’art contemporain grâce à l’exposition dans leur établissement d’une œuvre choisie parmi les collections des fonds régionaux d’art contemporain (FRAC).

« Un excellent outil pédagogique ». La ministre de la Culture et de la Communication et celui de l’Education nationale ont présenté dans une école primaire de Toulouse une œuvre de l'artiste Fabien Verschaere conservée par le FRAC de Midi-Pyrénées. C’est une « première », a souligné Aurélie Filippetti, qui quelques jours plus tôt avait présenté à la presse un train de mesures pour promouvoir l’Education artistique et culturelle. « L'art contemporain, a poursuivi la Ministre, peut sembler hermétique à certains mais je crois au contraire que, parce qu'il est toujours ludique, parce qu'il suscite toujours un débat, une discussion, il est un excellent outil pédagogique ». 
Les crédits que le ministère de la Culture et de la Communication consacrera à l’éducation artistique et culturelle, grande priorité d’Aurélie Filippetti, augmenteront de 30% en 2014.  

Lutter contre les inégalités. Puissant « moyen de lutte contre les inégalités », l’éducation artistique et culturelle  doit  faire bien sûr l’objet d’une attention toute particulière dans les établissements scolaires, mais aussi dans les grandes institutions culturelles. A cet égard, Aurélie Filippetti a rappelé que le musée du Louvre allait montrer l'exemple en ouvrant, à partir de 2016, une aile « entièrement dédiée à l'éducation artistique et culturelle » pour les enseignants comme pour les enfants.
L'opération « un établissement, une œuvre », qui s’adresse en priorité aux élèves traditionnellement éloignés de l'art contemporain, associe les deux ministères de la Culture et de l’Education mais aussi le Centre national de documentation pédagogique (CNDP) et l'Association des régions de France (ARF), avec le soutien de l'association Platform, qui regroupe les Frac. Pour cette année scolaire, l'objectif est de « lancer l'opération dans autant de collèges que possible en privilégiant les établissements situés dans les zones d'éducation prioritaire et les zones rurales isolées ». Les familles pourront aussi être associées à l’événement en dehors du temps scolaire, par exemple lors de visites guidées par les élèves.

Les Fonds régionaux d’art contemporain, créés en 1982 dans le cadre la décentralisation, sont des collections publiques mises en place avec la volonté de rendre accessible l’art de notre temps au plus grand nombre et sur tout notre territoire. Le Ministère a lancé depuis 2012 un programme de construction de six nouveaux équipements, dits « FRAC de nouvelle génération », qui doit doter ces institutions de tous les moyens nécessaires pour jouer pleinement leur rôle de diffusion de l’art contemporain et non seulement de conservation d’une collection.
Les FRAC conservent aujourd’hui 26 000 oeuvres de 4200 artistes français ou étrangers. Un « trésor », selon Aurélie Filippetti  : « Les collections des 23 Frac rassemblées, c'est l'une des plus belles collections d'art contemporain au monde et nous avons la chance que ces collections soient publiques. Nous avons constitué depuis trente ans une richesse exceptionnelle qu'il faut faire découvrir et faire partager ».