Automne numérique : l'innovation au service de la culture

Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
AutomneNumerique_MCC
© DR

mercredi 06 novembre 2013

Automne numérique : l'innovation au service de la culture

Avec le développement du multimédia, de nouveaux codes et usages sont en train de bouleverser le paysage de la création numérique. Pour interroger ces pratiques innovantes, le ministère de la Culture et de la Communication a lancé, du 8 octobre au 7 novembre, l'Automne numérique, une opération qui met l'accent sur les enjeux croisés du numérique et de l’éducation artistique et culturelle. Un test grandeur nature avec un « mashup » et un « hackaton » pour donner une autre vie aux données du patrimoine culturel.


Bilan et perspectives

L’Automne numérique, lancé le 23 octobre par Aurélie Filippetti, se poursuit le 7 novembre avec une journée de restitution pour revenir sur les enjeux du numérique : comment favoriser l'éducation artistique, optimiser la démocratisation de la création et remise des prix aux lauréats. L’Automne numérique, c'était deux étapes tout en créativité avec un « mashup » et le premier « Hackathon » organisé par le ministère de la Culture et de la Communication.

« À la manière de Daft Punk », selon les mots de Simon D'henin, désigner et professeur à l'Ensci (École nationale supérieure de création industrielle), les étudiants de l'école se sont répartis en groupe de travail pour mixer, combiner et mettre en valeur les œuvres du domaine public. Et présenter des projets qui mêlent créativité et patrimoine. Les images de Méliès, Fritz Lang, les photos de Brassaï, ou encore la Recherche de Proust ont nourri les projets de battle – le dispositif très en vogue sur la blogosphère qui voit s'affronter deux équipes de blogueurs, à coups de vidéos, de liens, cherchant à susciter le plus de commentaires -, ou de la machine à tatouer sur son corps des images du patrimoine. D'autres idées encore : un moteur de recherche qui propose de mixer des images à partir des mots Révolte ou Amour. Un mashup, selon Bernard Kahane, le directeur de l'école, qui a vocation à se transformer et faire naître des projets, avec d'autres écoles ou des designers internationaux.

Le Hackathon organisé en partenariat avec La Cantine / Silicon Valley, dans les locaux de Simplon, jeune start-up numérique a permis de réunir des passionnés de la création pour produire des prototypes d'applications, des produits ou des services innovants autour des données culturelles. Pendant 52 heures, sans aucune limite, « si ce n'est la créativité », selon les mots d'Aurélie Filippetti ont permis à de nouveaux talents d'émerger, de créer des solutions pour visualiser les monuments historiques sur des cartes et enrichir les données, imaginer une application pour partager ses impressions lors d'une visite dans un musée, s'emparer et partager toutes les données publiques, les licences libres, les métadonnées, les Open data...Bref, laisser libre court à la créativité à l'ère du numérique.

Le 7 novembre, Aurélie Filippetti est revenue lors d'une conférence de presse sur les enjeux d'une société de confiance de l'économie de la culture à l'ère numérique. L'occasion aussi d'annoncer une série de mesures phares pour anticiper les usages de demain. Et de remettre les prix aux lauréats de l'Hackathon du 25, 26 et 27 novembre 2013. Rendez-vous à l'Automne Numérique en 2014 !

© Ministère de la Culture et de la Communication