Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
08/03/2012 12:00
Paris
SEUL LE PRONONCE FAIT FOI

Remise du Prix Raymond-Devos à Guillaume Gallienne

Mesdames et Messieurs les membres du jury du prix Raymond-Devos,
Madame l’administratrice générale de la Comédie française, chère Muriel Mayette,
Cher Alexandre Jardin,
Monsieur le délégué général à la langue française et aux langues de France, cher Xavier North,
Mesdames, Messieurs, chers amis,
Cher Guillaume Gallienne,

C’est un plaisir chaque année renouvelé de nous trouver réunis pour fêter la remise du prix Raymond-Devos, qui tout à la fois rend hommage à Raymond Devos et récompense chaque année un artiste « dont l’œuvre ou l’action contribue au progrès de la langue française, à son rayonnement et à sa promotion ».

Il se trouve que ce plaisir est aujourd’hui redoublé par les circonstances qui l’entourent. Grâce à la générosité de Muriel Mayette, nous venons d’être accueilli dans ce lieu un peu miraculeux qu’est le Théâtre éphémère, pour célébrer – à l’occasion de la Semaine de la langue française et de la Francophonie – un engagement qui lui est bien pérenne : l’illustration plusieurs fois centenaire de notre langue par le plus célèbre des théâtres français.

Et c’est l’un de ses membres éminents que nous récompensons aujourd’hui.

Avec le prix Raymond-Devos, l’important, c’est cette double entrée : la promotion de notre langue, d’une part, et de l’autre la grande figure tutélaire de Raymond Devos, qui appelle à célébrer plus particulièrement un joueur, un jongleur de mots, dans le droit-fil de la personnalité fantasque, surréaliste et poétique qui le caractérisait, et qui le faisait aimer – je crois même qu’on peut dire aduler – par son fidèle et immense public.

Cher Guillaume Gallienne, le jury du prix a parfaitement reconnu en vous le lauréat qui réunissait cette double exigence : celle de faire rayonner la langue française tout en nous faisant rire et rêver.

Vous êtes en effet un saltimbanque dans l’acception la plus complète et la plus noble du terme. Votre qualité de sociétaire de la Comédie-Française en atteste et dans cette auguste maison, vous avez joué dans tous les genres, des œuvres de tous les temps : vos rôles dans Euripide, dans Racine ou dans Brecht témoignent avec éclat de votre talent tragique, tout comme le merveilleux travail que vous nous avez offert en écrivant la dramaturgie du ballet Caligula de votre ami Nicolas Le Riche.

Il me semble néanmoins que votre parcours révèle un net penchant pour la comédie : quelle avalanche de rôles dans les œuvres de Molière, de Feydeau ! Quel succès, tout récemment par exemple, dans le Fil à la patte que nous a offert Jérôme Deschamps, où votre double incarnation de Gontran de Cheneviette et de Miss Betting vous a valu le Molière du meilleur second rôle : récompense amplement méritée, tant vous nous avez fait rire en incarnant parfaitement dans ces deux personnages la définition du comique selon Bergson, « du mécanique plaqué sur du vivant ». Dans ce registre, je veux citer aussi le Fantasio de Musset, où
votre interprétation mémorable du prince de Mantoue donnait toute sa force au versant farcesque de cette oeuvre douce-amère.

Votre vis comica ne pouvait se cantonner à votre carrière théâtrale, si brillante fût-elle. Elle a ainsi explosé dans les Bonus de Guillaume, cette série de Canal + qui vous a révélé au grand public, où vous donniez libre cours à votre génie d’inventer une galerie de personnages multiples, fantasques et réjouissants. Votre verve et votre plasticité ont trouvé là une éclatante occasion de s’exprimer, et de vous rapprocher d’ailleurs de l’art du sketch et de l’absurde tel que le pratiquait, justement, Raymond Devos.

Mais à côté de votre carrière théâtrale et cinématographique déjà si féconde et brillante, je voudrais aussi vous dire, cher Guillaume Gallienne, que ce que nous aimons en vous, c’est également la finesse de vos fêlures et la franchise de votre présence sur scène. Dans Les garçons et Guillaume, à table !, vous avez avec humour et délicatesse laissé entendre qu’il y a aussi chez vous une fragilité, une histoire personnelle qui, loin de vous enfermer ou de vous contraindre, est sans doute une clé pour comprendre votre talent d’acteur. Il se traduit chez vous par une attitude, un style fait de charme et de gravité légère, qui donne à votre personnalité toute sa complexité et toute sa profondeur. C’est, je crois, votre voix, si belle et si flexible, instrument merveilleusement accordé aux facettes de vos talents, qui exprime le mieux l’épaisseur humaine de l’artiste accompli que vous êtes.

Je voudrais dire pour terminer qu’au-delà de ces traits de personnalité qui vous sont propres, vous partagez avec Raymond Devos - comme d’ailleurs avec les lauréats précédents du prix qui porte son nom - une générosité artistique, un appétit à faire vivre notre langue, dans tant de réalisations et de genres différents, mais toujours avec votre très grand talent, votre entrain et votre maestria. Comme le dit si bien le titre de votre émission sur France Inter où vous nous régalez de la lecture des grandes oeuvres littéraires : « Ça peut pas faire de mal » ! Je vous déclare lauréat du prix Raymond-Devos pour cette année 2012.

Département de l'information et de la communication

01 40 15 74 71

service-presse@culture.gouv.fr