Présentation des PLEIADES – 30 ans des FRAC

Discours

M. le Ministre,

Mme. la Présidente,

M. le Président,

Mesdames les Directrices et Messieurs les Directeurs,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

En 1982 naissait, ici même, une grande idée : constituer et donner à voir au plus grand nombre une collection d'art contemporain unique dans chacune de ces Régions de France nouvellement créée, avec chaque Région et pour chaque Région. Les FRAC - les fonds régionaux d'art contemporain - étaient nés.

Trois décennies ont passé.

Il existe aujourd'hui 23 FRAC, un dans chaque région métropolitaine et un sur l'Ile de la Réunion, qui ont constitué, année après année, la troisième collection d'art contemporain de France avec plus de 26 000 œuvres de 4 200 artistes qui sont vues chaque année par 1 million de visiteurs !

C'est pourquoi je suis particulièrement fière et heureuse de vous accueillir aujourd'hui pour vous présenter Les Pléiades, la manifestation qui a été imaginée pour célébrer les 30 ans des FRAC et marquer ainsi l’attachement de mon ministère à ces instruments majeurs de la visibilité et de la diffusion des arts plastiques en France.

Vous le savez, les FRAC sont nés d'un partenariat exemplaire entre le ministère de la Culture et de la Communication et les Conseils régionaux. Je saisis cette occasion pour remercier Alain Rousset, Président de l'Association des régions de France qui n’a pas pu se joindre à nous et tous les représentants des collectivités qui sont parmi nous aujourd'hui. Votre présence confirme encore, s'il en était besoin, la place de la culture dans les politiques partenariales menées sur l'ensemble du territoire et, comme j'aime à le dire, l'enjeu que peut et que doit être la culture à tous les niveaux de l'action publique. Les régions ont accompagné la création des FRAC dès 1982 et ont même renforcé leur participation au cours de ces 30 années pour les acquisitions d'œuvres d'art ou leur fonctionnement mais elles ont été présentes, ô combien, lorsqu'il a fallu répondre à de nouvelles exigences de conservation et de diffusion, en créant de nouveaux lieux qu'on a appelés les FRAC de seconde génération, je préfèrerais qu’on les appelle FRAC nouvelle génération. Non pas que les FRAC de première génération étaient frappés d'obsolescence, bien au contraire, ils entraient dans l'âge adulte et souhaitaient disposer d’outils plus développés.

Car les ambitions que portent les FRAC sont grandes et diverses.

Créer une collection.

Les membres des comités techniques d'achat des FRAC assurent une veille permanente de la création dont ils sont des défricheurs infatigables, sans cesse à la recherche d’œuvres et de projets nouveaux, ils ont créé un lien unique avec les artistes. Avec une pléiade d'artistes pourrais-je dire, puisque que ce sont eux, les artistes, qui sont au cœur de la manifestation phare des 30 ans.

Acquérir des œuvres n'a de sens que pour les montrer. Et là encore, le travail des FRAC est remarquable puisqu'ils organisent chaque année plus de cent expositions dans leurs locaux mais aussi plus de 400 expositions sur le reste du territoire, en particulier dans des lieux non dédiés à l'art : collèges, lycées, hôpitaux, maisons de retraite ou hauts lieux patrimoniaux. Et il faudrait ajouter les nombreux prêts d’œuvres et partenariats engagés avec des institutions étrangères.

Ces 23 FRAC, éléments essentiels de l'aménagement culturel du territoire, offrent à chaque citoyen une proximité avec l'art, les œuvres, et les artistes, de plus en plus nombreux, qui s'impliquent personnellement dans des projets de partage. Parce que c'est cela aussi un FRAC, un lieu de partage, d'ouverture et d'aventure où tous les publics, quels que soient leurs origines, leurs habitudes culturelles ou leurs handicaps, peuvent trouver une source d'épanouissement. Les FRAC ont été pionniers et sont toujours les lieux majeurs de l'éducation artistique et culturelle grâce aux actions en renouvellement permanent qu'ils imaginent. Vous savez que c'est une des préoccupations de Gouvernement et du Président de la République. C'est une de mes priorités de mon mandat. La mission confiée à Marie Despléchin m'a rendu ses conclusions et je travaille en étroite collaboration avec Vincent Peillon pour renforcer nos actions dans ce domaine. Par leur politique d'accueil du public scolaire (plus de 200 000 élèves accueillis en 2012) et leurs dispositifs de médiation et leurs programmations culturelles, les FRAC participent pleinement de cet objectif crucial pour la jeunesse de notre pays.

Il fallait créer un événement exceptionnel pour célébrer les 30 ans de ces institutions exceptionnelles. Tous les FRAC ont imaginé ensemble le projet Les Pléiades. Je remercie chaleureusement les Présidents, les Directeurs et toutes les équipes pour leur implication, aidés par leur association professionnelle Platform, représentée ici par son Président, Bernard de Montferrand. Pléiades, c'est une constellation d'expositions pour une constellation de FRAC illuminant l’ensemble du territoire. 23 artistes, créateurs, dont beaucoup sont avec nous aujourd’hui, ont été invités à porter leur regard, pertinent, amusé, décalé, sensible, sur les collections de chaque FRAC pour une exposition inédite tout au long de l'année. En septembre, au FRAC Midi-Pyrénées dans les Abattoirs de Toulouse, une exposition collective offrira une vision d'ensemble de tous ces regards d'artistes à un public qui, j'en suis certaine, sera nombreux.

J'ai annoncé la semaine dernière un tour de France des initiatives relevant de l'éducation artistique et culturelle, ce voyage me portera bien entendu aussi vers les FRAC et leurs expositions anniversaire et surtout de toutes les actions de médiation qui seront organisées autour de ces expositions.

Je formule, à l'occasion de leurs 30 ans, le vœu que les FRAC continuent pendant longtemps à être les fabriques de lien culturel et artistique qu'ils sont - comme l'école est une fabrique de lien social - et des lieux d'excellence au service de tous les artistes, de tous les territoires et de tous les publics.

Je ne saurais terminer mon intervention sans évoquer Jack Lang qui nous fait l'honneur de sa présence et Claude Mollard. Ils ont eu l'audace d'inventer. La crise n'était pas moins forte qu'aujourd'hui. François Mitterrand les a suivis, les a encouragés. Nous devons retrouver aujourd'hui cette audace.

Quand vous êtes arrivé, cher Jack, la politique en faveur des arts plastiques balbutiait. En trente ans, c'est le champ de la création artistique qui a connu le développement le plus important avec un engouement des publics divers et nouveaux toujours croissant. Cela, notre pays vous le doit. Les artistes vous le doivent.

Je vous remercie.

À télécharger