Propriété littéraire et artistique

Le bureau de la propriété intellectuelle (BDPI), qui fait partie du Secrétariat général du ministère, est le lieu transversal pour toutes les questions ayant trait à la propriété littéraire et artistique et aux marques. Il participe à l'élaboration de la politique française en matière de droit d'auteur, aux côtés du cabinet du ministre, et l'applique au quotidien.

En premier lieu, le bureau élabore tous les textes en la matière, législatifs et réglementaires, en lien avec les directions du ministère ou les autres ministères concernés.

En second lieu, il travaille en lien avec les référents juridiques des autres directions du ministère. Il joue à ce titre un rôle de conseil technique auprès d'eux lors de l'écriture ou de la négociation de contrats. Il a fréquemment l'occasion également de conseiller le grand public sur toute question relative aux droit d'auteur et droits voisins.

Le bureau assure le contrôle annuel des réformes statutaires des sociétés de perception et de répartition de droits (SPRD) et un suivi de l'évolution de leurs activités, à travers la réception annuelle de leurs comptes de gestion. Il est également en charge de délivrer des agréments aux agents assermentés des SPRD.

Le secrétariat de différentes commissions administratives est également une tâche majeure qui incombe au BDPI. Trois d'entre elles sont prévues par le code de la propriété intellectuelle (CPI) pour la mise en œuvre d'exceptions spécifiques au droit d'auteur et aux droits voisins ou de licences légales, tandis que la quatrième est une instance de conseil et de prospective :

  • commission dite de la “copie privée” (article L. 311-5 du CPI), chargée de déterminer les types de support de reproduction, les taux de la rémunération due aux auteurs et aux titulaires de droits voisins en contrepartie des actes de copie privée et les modalités de versement de cette rémunération ;
  • commission dite de la “rémunération équitable” (article L. 214-4 du CPI) chargée d’arrêter le barème de la rémunération due aux artistes et aux producteurs en contrepartie de certains modes de diffusion de leurs phonogrammes et les modalités de versement de cette rémunération ;
  • en liaison avec le service du livre et du lecture, la commission chargée d’une mission de veille et d’expertise liée à la mise en œuvre de l’exception au droit d’auteur et aux droits voisins au profit des personnes handicapées (article R. 122-16 du CPI).
  • Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) qui, depuis 2000, réunit les différentes parties prenantes des champs de la création pour conseiller le ministre en matière de propriété littéraire et artistique.

Le BDPI représente la France au niveau communautaire et au sein de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) pour toutes les discussions et négociations sur des directives ou des traités internationaux en matière droits d'auteur de droits voisins.

Il élabore en outre, en lien avec le Ministère des affaires étrangères, la position du Gouvernement français lorsque celui-ci souhaite présenter des observations écrites dans le cadre d’une question préjudicielle posée à la Cour de justice de l’Union européenne.

Enfin, le BDPI gère le portefeuille de marques du ministère en lien avec l'Agence du patrimoine immatériel de l’État (APIE).