Pratiques culturelles en France et aux États-Unis. Éléments de comparaison 1981-2008 [CE-2014-1]

Parution le 11.04.2014

Développement culturel Europe et International Pratiques, consommations et usages culturels Département des études, de la prospective et des statistiques Culture études Statistiques

Angèle CHRISTIN, Olivier DONNAT
mars 2014
16 p.

Le ministère de la Culture et de la Communication français et le National Endowment of the Arts aux États-Unis réalisent régulièrement une enquête nationale (Pratiques culturelles des Français et Public Participation for the Arts) pour suivre l’évolution des comportements des habitants dans le domaine de la culture et des médias.

La confrontation des résultats de ces deux enquêtes, dont les éditions sont, depuis le début des années 1980, relativement proches dans le temps, permet une analyse comparative sur près de trois décennies du niveau de diffusion des pratiques culturelles et du profil de leurs publics respectifs.

Au début des années 1980, la population américaine, bien que plus téléphage, avait un niveau général de participation culturelle supérieur, à l’exception de la lecture de livres. Le profil des publics culturels en termes de sexe, d’âge, de niveau d’études et de revenu était relativement proche de part et d’autre de l’Atlantique.

Les évolutions observées dans chaque pays au cours des décennies suivantes sont souvent semblables mais interviennent plus tard en France (augmentation de la consommation de télévision, baisse de la lecture de livres, progression des pratiques artistiques en amateur). La seule véritable divergence concerne les sorties au cinéma, au théâtre et aux spectacles de danse, dont les taux de fréquentation ont progressé en France dans les années 2000, au moment où ils accusaient un recul marqué aux États-Unis.

Les évolutions relatives au profil des publics sont également souvent analogues : féminisation et vieillissement des publics, recul de la participation des plus diplômés s’observent dans les deux pays, avec toutefois une accentuation des écarts entre les plus riches et les plus pauvres aux États-Unis qu’on n’observe pas en France.

Version également disponible en anglais.