Revenus d'activité et niveaux de vie des professionnels de la culture [CC-2015-1]

Parution le 15.07.2015

Égalité entre femmes et hommes Emploi, travail, formation, professions culturelles Théâtre, spectacles Département des études, de la prospective et des statistiques Culture chiffres Statistiques

Marie GOUYON
Juillet 2015
28 p.

En France, 2,2% des actifs exercent une profession culturelle. Artistes plasticiens, photographes et graphistes, artistes, cadres et techniciens des spectacles, journalistes et cadres de l’édition, auteurs littéraires et traducteurs, architectes, professeurs d’art ou encore artisans et ouvriers d’art, les professionnels de la culture tirent leurs revenus d’une ou plusieurs activités, salariées ou non, et de revenus de remplacement comme le chômage ou même, pour certains actifs, la retraite. L’exploitation de plusieurs éditions de l’enquête Revenus fiscaux et sociaux de l’Insee permet de connaître les revenus annuels moyens tirés de l’activité ainsi que les revenus de complément.

Au total, les actifs des professions culturelles ont perçu en moyenne 26 000 euros de revenus annuels d’activité entre 2005 et 2012. C’est 6% de plus que la moyenne de l’ensemble des actifs. Toutefois, les caractéristiques sociodémographiques et les conditions d’emploi (qualification, temps de travail, etc.) des professionnels de la culture sont très différentes de celles des autres actifs. À caractéristiques identiques, les professionnels de la culture perçoivent en fait des revenus d’activité inférieurs de 26% à ceux des autres actifs.

La composition du ménage, l’histoire familiale, les revenus d’activités d’autres personnes du ménage, le plus souvent le conjoint, viennent compléter le revenu d’activité. Rapporté à toutes les personnes composant le ménage, l’ensemble de ces revenus définit le niveau de vie. Entre 2005 et 2012, le niveau de vie annuel moyen des professionnels de la culture s’établit à 28 300 euros.

Au sein des professions culturelles, l’écart de revenus d’activité entre hommes et femmes est de 19% en faveur des hommes, de 29% dans l’ensemble des actifs en emploi. La prise en compte des revenus complémentaires du ménage, et notamment les revenus du conjoint, conduit à gommer l’écart de revenus d’activité entre les femmes et les hommes : le niveau de vie des femmes actives, qu’elles exercent une profession culturelle ou non, est très proche de celui des hommes.