Le salariat dans le secteur culturel en 2009 : flexibilité et pluriactivité [CC-2012-2]

Parution le 26.07.2012

Emploi, travail, formation, professions culturelles Département des études, de la prospective et des statistiques Culture chiffres Statistiques

Marie GOUYON et Frédérique PATUREAU
septembre 2012
16 p.

En 2009, 26 millions de personnes étaient salariées au moins une heure en France et, parmi elles, 697 000 intervenaient dans le secteur culturel pour un volume de 557 millions d’heures, soit 800 heures annuelles en moyenne par salarié. Le salariat dans le secteur culturel (qui rassemble les trois quarts environ des actifs intervenant dans ce secteur) se caractérise par une grande flexibilité : des temps de travail courts et des rémunérations très dispersées, et un usage répandu de la pluriactivité. Les salariés sont jeunes, ce sont plutôt des hommes, ils travaillent majoritairement en Île-de-France. Les différentes activités du secteur culturel ont été regroupées en cinq grands domaines, selon une double  logique de proximité des activités  et  de  physionomie  d’emploi  (durée des contrats, pérennité des emplois). L’analyse présente les caractéristiques générales de l’emploi salarié en 2009 pour chacun de ces domaines : le spectacle, l’édition, l’architecture et le patrimoine, l’enseignement artistique et de loisirs et la création visuelle.

Comparé à l’ensemble du salariat en France, celui du secteur culturel se singularise nettement : les emplois y sont plus flexibles, les contrats plus souvent à durée limitée, les rémunérations plus dispersées. Les employeurs sont plus souvent de taille modeste et implantés en région parisienne. Le salariat y est plus jeune et masculin. Une analyse approfondie révèle cependant que ces caractéristiques globales tiennent principalement à certains domaines d’activité culturels (le spectacle, l’enseignement artistique et de loisirs) où la grande flexibilité de l’emploi, les faibles volumes individuels d’activité, la rotation (turn over) des salariés sont la règle. Dans d’autres domaines culturels (l’édition, l’architecture, le patrimoine), la physionomie du salariat s’écarte peu de celle observée dans l’en semble de l’économie (prépondérance du CDI et du travail à temps plein). Dans les domaines où l’emploi est le plus flexible, la pluriactivité est particulièrement répandue : les salariés travaillent alors pour plusieurs activités culturelles  (par  exemple, en combinant  des  emplois  dans  le spectacle  vivant  et  dans  la création  visuelle),  mais surtout interviennent à la fois dans le champ culturel et à l’extérieur de celui-ci.

In 2009, 26 million people were paid for at least one hour’s work in France, and of these, 697,000 worked in the cultural sector for a total of 557 million hours, thereby averaging an annual 800 hours per employee. Salaried workers in the cultural sector (which covers around three quarters of those working within the sector) tend to be very flexible: we typically see short working periods and irregular pay, plus frequent recourse to diversification. The average salaried worker is young and male with the majority working in the Île-de-France area. The various cultural sector activities have been classified into five major areas, based on similarity of activities and the form the work takes (contract duration, whether permanent or temporary, etc.). This analysis looks at the general characteristics of salaried work in 2009 for each of the following areas: entertainment, publishing, architecture and cultural heritage, arts and leisure teaching and the visual arts.