Éducation populaire

Les fédérations d’éducation populaire constituent un partenaire privilégié pour le ministère de la Culture et de la Communication (Département de l'éducation et du développement artistiques et culturels - DEDAC), tant sur la thématique des publics éloignés de la culture que de celle de la promotion de la diversité culturelle, des pratiques en amateur et des nouvelles pratiques et consommations culturelles.

En 1999, une charte d'objectifs est signée entre le ministère de la Culture et de la Communication et huit fédérations d'éducation populaire.

Elles sont dorénavant onze :
 > Centres d'entrainement aux méthodes d'éducation active (CEMEA)  

 > Collectif inter-associatif pour la réalisation d'activités scientifiques et techniques internationales (CIRASTI)

 > Confédération des maisons des jeunes et de la culture de France (CMJCF)

 > Fédération des centres sociaux et socio-culturels de France (FCSF) 

  > Fédération française des maisons des jeunes et de la culture (FFMJC)

> Confédération nationale des foyers ruraux (CNFR)

 > Fédération nationale des FRANCAS

 > Fédération Léo Lagrange

 > La ligue de l'enseignement

 > Peuple et culture

 > Union française des centres de vacances et de loisirs (UFCV)

Vous trouverez une présentation de chacune d'elles à la page suivante : www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Developpement-culturel/Education-populaire/Contacts/Les-federations-signataires-de-la-charte-culture

La charte a pour objet de conforter ce partenariat sur les bases d'une politique culturelle plus démocratique, s'appuyant sur :
 - l'éducation artistique et culturelle, à l'école et hors du temps scolaire et tout au long de la vie ;
 - la médiation artistique et culturelle; le développement des pratiques amateurs ;
 - l'animation et la qualification des réseaux.

.

Conventions pluri-annuelles d'objectifs : La charte ayant posé les bases de liens privilégiés entre le ministère de la Culture et de la Communication et les fédérations d'éducation populaire signataires, les conventions pluri-annuelles qui se sont succédé depuis lors, ont permis de faire reconnaître définitivement l'éducation populaire comme un acteur culturel professionnel et essentiel.

Ces conventions-pluriannuelles d'objectifs viennent ainsi d'être renouvelées en 2012 pour une durée de trois ans.

 .

L'Éducation populaire concourt à la constante transformation de la société et contribue à l’avènement d’une société plus juste et solidaire. Elle tient sa place dans les politiques culturelles et renforce la capacité de la culture à participer de la transformation sociale.

L’Éducation populaire participe à la constitution d'une connaissance partagée en produisant des actions d’intérêt collectif pour que tous puissent participer aux processus de la décision publique et à la construction de l'avenir.

Les mouvements et fédérations d’éducation populaire présents sur l’ensemble du territoire constituent un maillon important du développement culturel de par leur ancrage territorial, la diversité de leurs modes et champs d’intervention, l'étendue des populations et le nombre de citoyens concernés.

 Les nouvelles conventions 2012-2014 reconnaissent les formations, expériences et réalisations communes au cours desquelles a été renforcée la professionnalisation des intervenants culturels des fédérations et la reconnaissance de leur rôle dans le domaine de la culture, de ses pratiques et de sa diffusion.

L’éducation populaire développe et génère de nouveaux types de rencontres entre pratique amateur et professionnelle : ses actions trouvent dans une société en plein changement et dans une offre culturelle amplifiée les moyens d'un accompagnement renouvelé des pratiques en amateurs.

 > s'approprier les pratiques innovantes de tous les acteurs culturels, amateurs et professionnels ;

 > prendre acte des profonds changements provoqués par les nouvelles technologies, qui travaillent et redessinent tous les champs de la culture ;  

 > imaginer et concevoir des «objets » nouveaux (ateliers, activités, processus, œuvres, créations...) reliant, notamment, les technologies numériques avec les problématiques spécifiques des artistes et des champs de la création ;  

 > élargir les échanges entre les associations d'éducation populaire, de solidarité et d''insertion afin de favoriser la création, l’expression et la formation à la croisée de l'art et du social, notamment par

L'éducation populaire est un des acteurs majeurs de l'éducation artistique hors temps scolaire. Ainsi, elle contribue à établir des passerelles entre les actions d'éducation artistique et culturelle en temps scolaire et hors temps scolaire. Au-delà de l'accompagnement des jeunes, elle relie les générations et articule les pratiques individuelles et collectives dans tous les temps de la vie.

 .

Les objectifs communs à l'ensemble des fédérations d'éducation populaire

 L’ensemble des champs de l’art et de la culture dans toutes ses dimensions est concerné. Les actions et démarches menées dans ce cadre participe à la cohésion sociale. Elles s'inscrivent principalement dans les objectifs suivants :

 > développer l'éducation artistique et culturelle dans un parcours éducatif favorisant le lien entre éducation formelle et non formelle prenant en compte la personne dans tous ses temps de vie, et la formation tout au long de la vie.

 > favoriser la curiosité et la découverte des expressions et créations contemporaines dans toutes les disciplines ;

 > susciter l'appropriation et l'enrichissement des patrimoines matériels et immatériels par une diversité d'approches créatives ;

 > soutenir les projets de création et les parcours artistiques ;

 > valoriser la diversité des cultures et des modes d'expression, notamment les minorités ethniques, dans l'espace public ;

 > soutenir l'accès à la parole, la maîtrise de la langue et la lutte contre l'illettrisme ;

 > privilégier les mixités sociales, professionnelles, culturelles et générationnelles ;

 > encourager la participation citoyenne à la société et aux prises de décisions ;

 > initier ou entretenir des liens entre culture insertion professionnelle et mondes du travail ;

 > développer des actions à dimension européenne et internationale ;

 > soutenir la mise en œuvre des expérimentations par le croisement des savoirs et par des liens accrus entre acteurs de terrain et chercheurs.