Les associations, les fondations, les chantiers de bénévoles sur les monuments historiques

Le ministère de la culture et de la communication, dont une des missions est de recenser et de mettre en valeur auprès des publics les patrimoines mobiliers et immobiliers protégés au titre des monuments historiques, est accompagné dans son action par des associations et des fondations qui concourent à la connaissance et à la sauvegarde de ces patrimoines.

Associations

On estime que plusieurs milliers d'associations déploient leur activité à la sauvegarde du patrimoine monumental. La Fédération Patrimoine-Environnement a recensé sur son annuaire plus de 3 500 associations de protection et de mise en valeur du patrimoine et des paysages.

La diversité des associations qui s'occupent des questions patrimoniales est à souligner et nombreuses sont les formes qu'elles peuvent revêtir. Certaines d'entre elles regroupent des propriétaires de monuments historiques. D'autres, rassemblent les publics du patrimoine : amis de tel ou tel bâtiment de renom, association de défense d'un édifice menacé, groupe culturel de quartier ou de ville.

Ces associations sont aujourd'hui des partenaires privilégiés de l’État. Elles sont écoutées, souvent suivies dans leurs propositions. Un dialogue fructueux s'est progressivement instauré ; leur rôle est reconnu et leur action appréciée.

C'est notamment le cas des huit associations nationales reconnues d'utilité publique qui participent aux réflexions de la direction générale des patrimoines dans le cadre du groupement national d'information et de concertation sur le patrimoine, créé en 2005 et renouvelé en décembre 2009 pour cinq ans de 2010 à 2014. Ce groupement « a pour mission de favoriser la concertation et les échanges d'information entre l'État et les associations nationales reconnues d'utilité publique, de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine bâti et paysager ». Des réunions régulières permettent à l'État de présenter les projets de lois et de textes réglementaires relatifs à la politique du patrimoine et d'évoquer toutes questions relatives à la conservation du patrimoine monumental.

Le ministère de la culture et de la communication a instauré un partenariat avec certaines de ces associations nationales en signant avec elles une convention pluriannuelle ou annuelle relative à des projets qui leur sont spécifiques mais conformes à l’intérêt général. Il apporte alors un soutien financier aux actions qu'elles conduisent : organisation de formations et de chantiers de bénévoles, publication d'ouvrages et de revues techniques, sensibilisation, organisation de congrès ou de colloques dont le but est précisément la protection ou la promotion du patrimoine, ou parrainage de concours.

Fondations

Le nombre total de fondations reconnues d'utilité publique était au 31 décembre 2010 de 593 dont 72 figurent dans la catégorie « préservation patrimoine », 107 dans la catégorie « culture » et 187 dans celle «culture et sciences ». Certaines d'entre elles apportent des aides directes sur le patrimoine protégé par exemple lors d'une campagne d’opérations de mécénat de proximité à l’occasion des Journées européennes du patrimoine ; d'autres, telle la Fondation du patrimoine participent à des actions de sauvegarde d’éléments du patrimoine essentiellement pour ce qui la concerne non protégés et accompagnent l'action de l’État et des collectivités locales dans ce secteur.

 Chantiers de bénévoles

Le ministère de la culture et de la communication encourage depuis de nombreuses années, par la mise en œuvre d’un soutien financier et technique, les chantiers de bénévoles de restauration du patrimoine organisés par les associations. Il entend, au travers de leur mobilisation autour d’actions concrètes, favoriser la sensibilisation des jeunes à la sauvegarde du patrimoine architectural national et les préparer à un exercice de citoyenneté.

En 2011, le montant total des aides attribuées par l’administration centrale du ministère de la culture et de la communication aux trois grandes associations nationales : « Union Rempart », « Chantiers Histoire et Architecture Médiévales» et « le Club du Vieux Manoir », pour l’organisation de 117 stages de formations et chantiers de bénévoles à destination de plus de 1 600 stagiaires, s’est élevé à 314 000 €.

Moyens d’intervention

Cette politique est mise en œuvre par la direction générale des patrimoines; le réseau des directions régionales des affaires culturelles, qui agissent en partenariat étroit avec les collectivités territoriales et les acteurs culturels régionaux et d'autres services de l’État. Le ministère de l’Éducation de la jeunesse et de la vie associative a consacré un site aux  

associations.