Label Ville et Pays d'art et d'histoire

Parution le 12.02.2015

Protection du patrimoine Direction générale des patrimoines Documentation administrative Documentation juridique, textes officiels

Label des villes et pays d'art et d'histoire
Label VPAH

Créé en 1985, le label « Ville ou Pays d'art et d'histoire », est attribué par le Ministre de la Culture et de la Communication, après avis du Conseil national des Villes et Pays d'art et d'histoire (lien sur texte PDF donnant la composition du conseil national). Il est déposé à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI).

Le label « Ville ou Pays d'art et d'histoire » qualifie des territoires, communes ou regroupements de communes qui, conscients des enjeux que représente l’appropriation de leur architecture et de leur patrimoine par les habitants, s'engagent dans une démarche active de connaissance, de conservation, de médiation et de soutien à la création et à la qualité architecturale et du cadre de vie. La valorisation de l’architecture des XIX, XX, et XXI siècles, et la préservation du paysage sont particulièrement attendues.

Cet engagement s’inscrit dans une perspective de développement culturel, social et économique et répond à l’objectif suivant : assurer la transmission aux générations futures des témoins de l'histoire et du cadre de vie par une démarche de responsabilisation collective.

La mise en œuvre du label repose sur un partenariat entre l’État et les collectivités territoriales, formalisé, après attribution du label, par la signature d’une

convention renégociable tous les dix ans. La collectivité doit inscrire le projet “ Ville ou Pays d’art et d’histoire ” au sein de la politique publique locale. Ce projet repose sur un dispositif transversal à l’action du territoire pour mieux accompagner les décideurs et les agents publics, mais aussi l'ensemble des acteurs locaux qui participent à la valorisation de l’architecture, du patrimoine, du paysage et à l’élaboration du cadre de vie.

Les services éducatifs des Villes et pays d'art et d'histoire sont organisés sous la responsabilité de l'animateur de l'architecture et du patrimoine, avec une équipe pédagogique comprenant des guides-conférenciers. Ces activités font souvent appel à des intervenants extérieurs : architectes, professionnels du patrimoine, artistes et autres professionnels d'horizons variés. Les actions pédagogiques et les ateliers portent sur l'organisation et l'évolution de la ville et de l'espace, urbain ou rural et s'inscrivent notamment dans le cadre de l'enseignement de l'histoire des arts.

Outre la professionnalisation des médiateurs de l’architecture et du patrimoine, la convention prévoit la création d’un Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP). Cette politique fait actuellement l’objet d’une évaluation et sera amenée à évoluer au cours de l’année 2013.

Le ministère de la Culture et de la Communication (DRAC ou DGP / Service de l’architecture) apporte un soutien aux collectivités locales. Outre un accompagnement financier pendant les cinq premières années de la convention, il met en place des formations à l'intention des animateurs de l'architecture et du patrimoine.

Diverses actions concourant à la constitution et à la cohérence du réseau :

- une ligne éditoriale : charte graphique pour la promotion des actions mises en place dans le cadre du label ; aide à la réalisation de documents d'information, d'expositions et d'outils pédagogiques ; édition d'une collection de guides, publiés dans le cadre d'un partenariat volontaire des collectivités territoriales porteuses du label avec les Editions du patrimoine et bénéficiant d'un soutien de la direction générale des patrimoines ;