Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer la page
Gaspare Diziani: allégorie de Venise
MNR 368 Diziani ©"photo Philippe Lainé"

mardi 19 mars 2013

Sept tableaux rendus à des familles spoliées durant la Deuxième Guerre mondiale

Le 19 mars, Aurélie Filippetti a remis officiellement aux ayants droit sept tableaux dont leur famille avait été spoliée durant la Deuxième Guerre mondiale. Les œuvres étaient jusqu’alors conservées par l’Etat et répertoriées « MNR » (Musées Nationaux Récupération) en l'absence de propriétaires identifiés.


2 000 « MNR ».  Six tableaux du XVIIIe siècle ont été restitués aux ayants droit du collectionneur viennois Richard Neumann et un tableau du XVIIe aux héritiers du Praguois Josef Wiener. Ces sept œuvres d’art, dont les deux familles avaient été privées lors de la Deuxième Guerre mondiale, faisaient partie des quelque 2 000 récupérées par l’Etat et répertoriées « MNR » (Musées Nationaux Récupération) en l'absence de propriétaires identifiés. Ces œuvres sont conservées dans les musées qui ont le devoir de les signaler et de les montrer au public.
A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, plus de 60 000 oeuvres et objets usuels, récupérés en Allemagne, sont renvoyés en France, certains indices (archives, inscriptions, etc.) laissant penser qu’ils en provenaient. Les deux tiers, environ 45 000 pièces, sont restitués à leurs propriétaires avant 1950. L’essentiel du reliquat (oeuvres d’art et objets usuels) est vendu par les Domaines. Mais 2 000 oeuvres, en raison de leur qualité artistique, sont confiées à la garde des musées français. Ce sont les « MNR », acronyme de Musées Nationaux Récupération.
Pour l’essentiel, les MNR correspondent à des oeuvres dont leurs propriétaires, en grande majorité juifs, ont été contraints pendant la guerre de se défaire pour subsister ou pour tenter de fuir. Ces oeuvres ont pu être vendues aux enchères ou négociées dans une galerie d’art; d’autres, en plus petit nombre, ont fait l’objet d’une spoliation directe par le régime nazi.

Un rapport de la sénatrice Corinne Bouchoux adopté par la commission de la culture du Sénat le 16 janvier 2013 estime que, si de nombreuses œuvres d’art ont pu être restituées au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, il est nécessaire de renouer avec une politique résolue de recherche des propriétaires spoliés. 

Une démarche proactive. Aurélie Filippetti a donc demandé à ses services et aux musées de mener « une action plus volontariste » sur cette question :  « jusque-là, on attendait les demandes des ayants droit ou des descendants pour démarrer des procédures de recherches. Je veux engager une démarche proactive dans laquelle la France va engager des moyens pour rechercher les propriétaires, qu'il y ait ou non une demande formelle ».
Les recherches vont d’abord porter sur 163 oeuvres d'art MNR. Un groupe de travail, composé de fonctionnaires du Ministère, de conservateurs, d'archivistes, d'historiens, de membres de la Commission d'indemnisation des victimes de spoliation (CIVS), est mis en place pour retrouver les propriétaires. Ce groupe de travail fera un premier point d'étape à la fin 2013 et rendra un rapport définitif en 2014. 

Les demandes de restitution d’oeuvres d’art peuvent intervenir par une saisine directe du Service des musées de France concernant les MNR ou dans le cadre d’une requête présentée auprès de la Commission d’indemnisation des victimes de spoliation (CIVS).