La Belle Saison, dix-huit mois de spectacles pour le jeune public

Publié le 17.07.2014

Affiche "La belle saison"

Avant son lancement officiel en septembre, « La Belle Saison avec l'enfance et la jeunesse », débute déjà à Avignon. Une manifestation inédite qui s'inscrit jusqu'en décembre 2015 dans le cadre du grand chantier pour l'éducation artistique et culturelle.

Renouveau. Depuis quelques années, le spectacle vivant pour l'enfance et la jeunesse connaît un important renouveau. Porté par l'engagement de milliers d'artistes, mais aussi de médiateurs et d'éducateurs, l'ensemble de ces spectacles, proposés dans les domaines du théâtre, de la danse, de la musique, du cirque, des arts visuels, des arts de la marionnette, fait souvent preuve d'un grand dynamisme. Pourtant, même si la situation commence à évoluer, la création pour l'enfance et la jeunesse reste encore largement méconnue. C'est précisément pour mettre l'accent sur la vitalité de ce secteur du spectacle vivant qu'Aurélie Filippetti a souhaité organiser une manifestation nationale dédiée à « la création pour l'enfance et la jeunesse ».

Calendrier. Quelques dates rythmeront le calendrier de « La Belle Saison ». Les mois de septembre et d'octobre 2014 seront consacrés au lancement du programme de la manifestation au Théâtre national de Chaillot, à Paris, et dans l'ensemble des régions. Le 11 octobre 2014, un Bal familial chorégraphié par José Montalvo, donnera à Chaillot le coup d'envoi officiel de la manifestation. En juin 2015, les rendez-vous avec les écritures pour l'enfance et la jeunesse permettront d'apprécier la diversité de ces formes d'écriture. A l'automne 2015, un week-end de fête de la création pour l'enfance et la jeunesse sera organisé dans toutes les structures partenaires, avec en point d'orgue la remise du premier Grand Prix de littérature dramatique Enfance et jeunesse, décerné par le Centre national du théâtre. Enfin, la fin de l'année 2015 sera consacrée à la clôture de la manifestation.

« L'éducation artistique et culturelle, un engagement au long cours »

Propositions. Aujourd'hui, la programmation de la Belle Saison compte déjà plus de 300 propositions artistiques (voir encadré). Celles-ci couvrent tous les domaines du spectacle vivant, avec des incursions dans la littérature, le patrimoine, les arts plastiques et le numérique. Largement pluridisciplinaire, la manifestation se présente également sous une grande diversité de formes – « temps forts », parcours de création, rencontres, dispositifs éducatifs... Elle s'appuiera notamment sur le réseau des lieux labellisés : centres dramatiques nationaux et régionaux, centres chorégraphiques nationaux, centres de développement chorégraphique, scènes nationales, orchestres, opéras, scènes de musiques actuelles, arts du cirque et de la rue... Enfin, les DRAC, maillon essentiel du dispositif, apporteront un soutien important : accompagnement des artistes et professionnels, en tenant compte des acquis et des manques dans l'offre artistique proposée aux enfants et aux jeunes.

Enjeux. Car – et c'est l'un des buts principaux de la manifestation – la Belle Saison est aussi une mise en pratique des dispositifs imaginés pour développer l'éducation artistique et culturelle dans le domaine du spectacle vivant. Selon Aurélie Filippetti, elle doit à la fois « favoriser le rayonnement national et international d'un secteur dont les initiatives sont quelque peu éclatées sur l'ensemble du territoire », montrer « la variété des écritures scéniques de la création pour l'enfance et la jeunesse » et « inscrire durablement la création pour la jeunesse dans les cahiers des charges des réseaux institutionnels partenaires ». « L'éducation artistique et culturelle n'est pas une action ponctuelle, mais un engagement au long cours, un processus qui repose sur trois piliers : l'enseignement, la rencontre avec les œuvres et la pratique artistique et culturelle », a conclu la ministre.

La Belle Saison au Festival d'Avignon

Renouant avec l’ambition de Jean Vilar, qui organisait, dès 1969, les premières journées pour les jeunes spectateurs, le Festival d’Avignon propose plusieurs spectacles pour le jeune public et leur dédie même un lieu, la Chapelle des pénitents blancs. Du 23 au 27 juillet, on pourra y découvrir La Jeune Fille, le Diable et le Moulin, d'après les contes des frères Grimm, mise en scène d'Olivier Py, une pièce musicale qui parle de beauté, d’espoir et de fidélité en même temps que de violence, de danger et de solitude. A la Chartreuse, du 24 au 27 juillet, on se penchera sur une création conçue pour la jeunesse par Didier Ruiz, 2014 comme Possible ou comment quinze adolescents avignonnais entrent en scène pour examiner leurs rapports à l’autre, à soi, et à la vie. Deux spectacles – entre cent autres propositions – qui passionneront les jeunes mais aussi les moins jeunes.
www.festival-avignon.fr
www.chartreuse.org