Assises : quel avenir pour les bibliothèques ?

Publié le 04.12.2014

La France dispose d’un réseau unique de quelque 16 300 bibliothèques servies par plus de 30 000 professionnels et des milliers de bénévoles. Pour (re)définir « leur place dans la démocratie du XXIe siècle », les Assises des bibliothèques se tiendront le 8 décembre à la Cité de l’architecture et du patrimoine.

La lecture publique, un segment important de notre politique culturelle. Les dépenses culturelles des collectivités territoriales en 2010, étude publiée en 2014 par le ministère de la Culture et de la Communication, a confirmé l'importance des dépenses consacrées par de nombreuses collectivités à leurs médiathèques et bibliothèques : 18 % des dépenses culturelles des communes de plus de 10 000 habitants avec environ 838 M€ de dépenses annuelles, 23 % des dépenses culturelles des groupements de communes avec environ 243 M€ de dépenses annuelles, 14 % des dépenses culturelles des départements avec environ 140 M€ de dépenses annuelles. Dans un tel paysage, le soutien de l'Etat demeure remarquable, avec une dotation annuelle de plus de 80 M € pour les dépenses d'investissement au sein de la Dotation générale de décentralisation. Depuis trente ans, plus de 100 000 m² de bibliothèques ont été construits ou rénovés chaque année.

De nouvelles attentes. En cette « Année des bibliothèques », Fleur Pellerin a dressé ce constat : « L’évolution des habitudes de vie et des pratiques culturelles des Français suscite de nouvelles attentes à l’égard des bibliothèques : développement de services numériques, ouverture adaptée aux rythmes de vie, accueil de publics peu familiers de la lecture et de la culture, diversification plus grande des collections… » Les assises qui se tiendront le 8 décembre devront répondre à ces défis et proposer les solutions qui permettront aux bibliothèques du XXIe siècle de remplir pleinement leur rôle culturel, éducatif et social.

Quatre tables rondes.
< Quel cadre législatif et réglementaire pour les bibliothèques :bibliothèques et pluralisme : comment garantir la diversité éditoriale en bibliothèque ? Droit d’auteur et droit de l'information : comment concilier ces deux exigences ? Une loi sur les bibliothèques est-elle souhaitable ?
< Une nouvelle donne territoriale :quelle pertinence de l’organisation territoriale et de la répartition des compétences à venir entre collectivités pour les bibliothèques ? Conséquences pour les bibliothèques du développement des intercommunalités, de la constitution des métropoles, des fortes mutations annoncées des départements
< Nouveaux publics, nouvelles missions :quelles sont aujourd'hui les missions des bibliothèques ? Comment appréhender le public des bibliothèques ? Comment s'adresser aux publics éloignés du livre et de la lecture ? La problématique des horaires d'ouverture. Les jeunes et l'enjeu de l'éducation artistique et culturelle. Le rôle des bibliothèques en zone rurale
< Services numériques, quelles opportunités ? : les nouveaux services numériques en bibliothèque : que faut-il en attendre ? Quelles ressources numériques pour les bibliothèques ? Le numérique peut-il remplacer la bibliothèque physique ? Quelle médiation pour les services et les collections numériques ?

Fleur Pellerin : «  les bibliothèques, premier service public culturel de proximité »

  • Une nouvelle dynamique. En présence de plus de 200 élus et professionnels du secteur des bibliothèques, Fleur Pellerin a clôturé le 8 décembre les assises des bibliothèques. « Elle sont l'un des piliers de notre démocratie », a-t-elle martelé, en rappelant leur « rôle fondamental pour l’accès de tous à la culture ». Devant plusieurs élus, dont Patrick Braouzec, président de la communauté d'agglomération Plaine Commune, et Edouard Philippe, maire du Havre, elle a souhaité que ces assises soient « le point de départ d’une nouvelle dynamique pour le premier de nos services publics culturels ».
  • Extension des horaires d'ouverture. Fleur Pellerin a appelé de ses vœux un effort collectif en faveur de l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques. « C’est une demande forte de nos concitoyens qui doivent pouvoir fréquenter les bibliothèques et les médiathèques lorsqu’ils sont disponibles », a souligné la ministre. Pour mettre en œuvre cette ambition, la ministre a proposé la mobilisation de les instruments de financement de l’Etat en faveur des investissements des bibliothèques pour les projets d’extension d’horaires, ainsi que la création d’une cellule d’expertise pour appuyer les élus locaux dans leurs démarches.
  • Accord sur le prêt numérique. Fleur Pellerin a signé le 8 décembre avec dix institutions représentant l’ensemble des parties prenantes – collectivités locales, bibliothécaires, éditeurs, libraires, auteurs – l’acte fondateur du prêt numérique en bibliothèque. « C’est une avancée remarquable et une première en Europe », s'est-elle réjouie. Fixant un cadre pour des questions majeures telles que les conditions de distribution, les modèles d’usage et les modes économiques, cet accord trace une voie équilibrée propice au développement du prêt du livre numérique en bibliothèque, dans le respect du droit d’auteur,  de la rémunération de la création et de l’attente des publics.
  • Bibliothèques et jeune public. Fleur Pellerin a de nouveau affirmé son ambition de faire de la sensibilisation des plus jeunes à la lecture un axe fort de son action. « La rencontre avec les livres et la lecture, notamment dans les bibliothèques, a un rôle fondateur et émancipateur dans la vie des enfants », a-t-elle souligné. Le ministère de la Culture et de la Communication publiera l’année prochaine, à partir des initiatives locales remarquables et des bonnes pratiques sur le terrain, un cadre d’intervention pour favoriser l’accueil et la médiation.